Paroles

    "Sans suite"

    Ça c'est embrasé si vite

    Rien ne pouvait prédire que le cœur prenne la fuite

    Un beau matin dans ce gite insolite

    J'aurais pu perdre mon âme, ma vie sans suite

    À petit pas le long d'un chemin creux

    Les flammes brûlent le dernier survivant du lieu 

        Qui se souvient d'un matin, d'une trêve ...

        Qui nous retient toujours loin de nos rêves

    

     Enlacé,ne pouvant plus bouger

     Sans un mot, ni même un regard

     Je pensais que plus rien ne pourrait m'arriver

     Mais je sais qu'il est déjà trop tard

        Qui se souvient d'un matin , d'une trêve...

        Qui nous retient toujours loin de nos rêves

      Mon sang se glace

      Et pourtant je suis bien

      Quoique je fasse

     Je n'y peux rien

     Je suis à toi au-delà de l'espace

     Et en fumée, je pars sans laisser de trace

       Qui se souvient d'un matin, d'une trêve...

       Qui nous retient toujours loin de nos rêves

       Qui se souvient d'un matin, d'une trêve...

       Qui nous retient toujours loin de nos rêves......

 "De l'eau"

      Il pleuvait sans bémol ce jour là

      La pluie d'une vie sur moi

      Il tombait cette eau folle, je crois

      Comme une part de toi

      Et la ville s'inclinait

      Face aux courbes, aux angles froids

      C'était toi qui partait

      c'était toi le roi

        Il tombait de l'eau

        De l'eau, de l'eau, de l'eau, de l'eau

        De l'au-delà des mots

        De l'eau, de l'eau, de l'eau, de l'eau

        De l'au-delà des mots

        De l'eau, de l'eau, de l'eau, de l'eau

        De l'au-delà des mots ....

      Et il soufflait ce vent amer

      La terreur et l'aurore des âges

      Entre fureur et mystère

      Comment faire pour tourner la page

      Quand il est trop tôt et que manquent les hommes

      Le verbe demeure un fantôme 

        Ta vie me brûle de l'intérieur

        De l'eau, de l'eau, de l'eau, de l'eau,de l'eau

        De l'au-delà des mots

        De l'eau, de l'eau, de l'eau, de l'eau

        De l'au-delà des mots

        De l'eau, de l'eau, de l'eau, de l'eau

        De l'au-delà des mots ....

      Il tombait de l'eau ce jour là

      La pluie d'une vie sur moi

      Il tombait de l'eau ce jour là

      La pluie de ta vie sur ma vie

        De l'eau, de l'eau, de l'eau, de l'eau,de l'eau

        De l'au-delà des mots

        De l'eau ....

"En Douceur"

 À la surface de toutes mes peurs

Je pianote, en douceur

Jouant sur la mesure des notes en chœur

Je chuchote, en douceur

Offrir une prière à son créateur

Lui parler, en douceur

Et mon esprit peut s'évader à l'heure 

De partir, en douceur

   Et je rêve que je vole

   Je me lève en tournesol

   Une trêve et je m'envole.....en douceur

   en douceur....en douceur....en douceur

Oser naviguer jusqu'à l'équateur

Le franchir, en douceur

Sur terre les nourritures ont des saveurs

Y goûter, en douceur

Au loin, à l'horizon, cette lueur

La toucher, en douceur

Et mon esprit peut s'évader à l'heure

De partir, en douceur

   Et je rêve que je vole

   Je me lève en tournesol

   Une trêve et je m'envole.....en douceur

   en douceur....en douceur....en douceur

   Et je rêve......

 " Infortune "

J'opère sans sinécure des voyages inédits

Je rêve de mercure, j'veux du nouveau, du jamais dit

Mais le pareil a la peau dure, il résiste à l'infini

Ce sont les mêmes qui rassurent

Les mêmes qui parlent la nuit ..

Ici rien ne s'improvise dans la symphonie des rondes

Idolâtrer  l'exquise , prohiber l'hécatombe ...

À force de piétiner ces terres mises à nu

Une foule décrépite en un déjà vu

   Les fantasmes décroissent

   Comme un rayon de lune

   Avec le temps qui passe 

   Jusqu'à l'infortune...l'infortune...jusqu'à l'infortune

Le ciel peut s'ouvrir, les courtoisies s'estompent

C'est à ces jeux les pires qui tiennent les comptes

Troublée de déconvenue, la matière s'assassine

Au pied d'une avenue, des cratères que l'on devine..

Ici rien ne s'improvise dans la symphonie des rondes

Elle font la banquise dans les eaux troubles du monde

 Les fantasmes décroissent

   Comme un rayon de lune

   Avec le temps qui passe 

   Jusqu'à l'infortune...l'infortune...jusqu'à l'infortune